FR Yeux Secs

IRPL: une autre approche du traitement de la DED

Dans son dernier rapport publié en mai 2017, le DEWS, regroupant une série d’experts de la maladie de l’œil sec (DED), a énoncé une série de recommandations quant à la prise en charge de cette pathologie.

En effet dans cette sorte de “guidelines” sur les désordres de la surface oculaire, il existe une section résumant l’approche par étapes du traitement de la sécheresse oculaire, où on peut lire que le traitement IRPL est une des étapes recommandées.

Un train d’onde lumineuse polychromatique située dans l’infrarouge (de 580 à 1200 nm) permet de stimuler les nerfs parasympathiques connectés aux Glandes de Meibomius. En fait, cette émission de lumière pulsée va entraîner un micro-gradient de t° au niveau du nerf qui va ensuite engendrer la libération de neurotransmetteurs activant alors les glandes de Meibomius.

Bien que le mécanisme exact de ce type de traitement ne soit pas encore tout à fait compris, il apparaît au travers d’études récentes qu’il permet d’améliorer chez les patients souffrant de sécheresse oculaire, de type évaporatif ou lié à une MGD (Meibomian Gland Disease), différents paramètres selon les études menées. Ainsi, il semble que le score OSDI, le BUT, l’imprégnation conjonctivale ainsi que la fonction des glandes de Meibomius soient améliorées et sans que cela n’entraîne d’effets secondaires.2,3,4,5

La technique IRPL permet une régulation de la puissance émise que des technologies classiques ne peuvent pas assurer.

Cela permet non seulement de contrôler avec certitude la quantité de chaleur émise au site d’application et donc augmente la sécurité d’emploi mais rend possible, avec un seul flash, de générer des « sous-flash » de différente intensité ce qui offre des possibilités thérapeutiques beaucoup plus large que les techniques IPL conventionnelles.

Si l’on s’en réfère toujours aux études publiées, il semble que ce procédé, et quand le patient est correctement sélectionné, soulage les symptômes dans au moins 83% des cas. De plus 96% des patients traités recommandent le traitement et près de 55% des patients ont arrêtés de prendre leurs larmes artificielles.6

Références

  1. L. Jones & al. TFOS DEWS II Management and Therapy Report. The Ocular Surface 2017; 15: 575-628.
  2. Craig JP, Chen YH, Turnbull PR. Prospective trial of intense pulsed light for the treatment of meibomian gland dysfunction. Invest Ophthalmol Vis Sci. 2015 Feb 12;56(3):1965-70.
  3. Jiang X, Lv H, Song H, Zhang M, Liu Y, Hu X, et al. Evaluation of the safety and effectiveness of intense pulsed l ight in the treatment of meibomian gland dysfunction. J Ophthalmol [Internet]. 2016 [cited 2018 Jan 11]; 2016:1910694. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4931092/pdf/JOPH2016-1910694.pdf
  4. Guilloto Caballero S, Garcia Madrona JL, Colmenero RE. Effect of pulsed laser light in patients with dry eye syndrome. Arch Soc Esp Oftalmol. 2017 Nov;92(11):509-15.
  5. Yin Y, Liu N, Gong L, Song N. Changes in the meibomian gland after exposure to intense pulsed light in meibomian gland dysfunction (MGD) patients. Curr Eye Res. 2017 Dec 4;1 -6.
  6. J. Veale.  E>Eye IPL Dry Eye Treatment Customer Satisfaction Results 2015 – Dry Eye Technology Ltd Email: info@dryeyetreatment.co.nz
  7. Smith G. Treatment of MGD and Dry Eye with Omega-3s rTG – Clinical & Refractive Optometry.  25:4;2014

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s