FR Yeux Secs

Oméga-3 Index: Signe de santé Oculaire?

Plusieurs études ont montré qu’un enrichissement en acides gras pouvait induire des changements de la glande lacrymale et influencer le Dry Eye Disease (DED).

Image d'Oméga-3.

Dans le corps, les acides gras essentiels ω-3 et ω-6 se disputent les enzymes qui régulent leur métabolisme, pour produire des eicosanoïdes qui modulent la réponse inflammatoire systémique. Les eicosanoïdes dérivés des ω-6, voie acide arachidonique -dépendante, comprenant les prostaglandines-E2 (PGE2), les thromboxanes-A2 et les leucotriènes-B4, sont pro-inflammatoires.

Tandis que la plupart des eicosanoïdes ω-6 favorisent l’inflammation1, le métabolisme GLA (dérivés de l’acide linoléique) peut entraîner la production de prostaglandines-E1 (PGE1) et de thromboxanes-A1, qui sont des médiateurs anti-inflammatoires1.

Omega-6-Omega-3 Summary
Omega-3 and Omega-6 Fatty Acids in Blood and Breast Tissue of High-Risk Women and Association with Atypical Cytomorphology20

 

Les effets potentiels des Acides Gras Essentiels (AGE) ω-6 sur l’inflammation sont donc complexes. Les AGE ω-3 à chaîne longue biaisent le métabolisme des prostaglandines par l’entremise de la production d’eicosanoïdes anti-inflammatoires, y compris les résolvines et les protectines, qui sont essentiels pour limiter et résoudre l’inflammation2. En tant que tel, le rapport relatif d’AGE ω-3/ω-6 ingéré influe sur le statut inflammatoire global du corps1.

Dans nos sociétés modernes, le régime alimentaire actuel a changé l’équilibre des acides gras essentiels ω-6/ω-3 modifiant ainsi l’équilibre des cytokines inflammatoires3. Dans les pays développés, le rapport ω-6/ω-3 ingéré est généralement de 15:1, alors qu’un ratio idéal est généralement considéré comme étant de 4:14.

En conséquence, il y a maintenant un intérêt scientifique plus prononcé pour comprendre si l’augmentation systémique des taux d’AGE de type ω-3, par un apport nutritionnel pour diminuer le ratio ω-6/ω-3, peut produire des effets anti-inflammatoires systémiques qui seraient bénéfiques dans le cas de pathologie impliquant une inflammation, y compris les DED (Dry Eye Disease).

Etudes de sciences fondamentales

Les AGE Oméga-3 sont reconnus pour avoir une large gamme d’effets anti-inflammatoires systémiques, y compris l’inhibition de la production de plusieurs cytokines pro-inflammatoires clés (telles qu’IL-1, IL-2 et le TNF-α)5,6,7 et la prévention de la prolifération des lymphocytes T8,9, processus qui ont été impliqués dans la pathogenèse des DED.

Plusieurs études en laboratoire ont montré qu’un enrichissement en acides gras pouvait induire des changements de la glande lacrymale et modifier la réponse de la surface oculaire dans des modèles de DED pharmacologiquement induits.10-15

Étude observationnelle chez l’homme

Un apport alimentaire plus élevé d’ω-6/ω-3 a également été associé à un risque élevé de DED (≥ 15:1 contre <4:1, odds ratio: 2,51; 95% CI: 1,13, 5,58, p = 0,01)16. En outre, il a été récemment démontré que le rapport ω-6/w-3 des lipides lacrymaux est élevé chez les personnes atteintes de DED et ce proportionnellement au degré de dysfonctionnement du film lacrymal et de coloration de la cornée.17  Le taux d’ingestion d’ω-3 est également associé à des différences dans la polarité des lipides des sécrétions des glandes de Meibomius chez les femmes atteintes du syndrome de Sjögren18,19.

Oméga-3 Index

Comme en cardiologie, il semble donc que ce soit le rapport entre le taux d’ω-6 et d’ω-3 qui soit le facteur clé. Il est donc important de mesurer cet index omega-3 pour évaluer ce ratio.

L’indice d’Oméga-3 reflète en effet la quantité relative d’EPA + DHA dans les globules rouges. Il est exprimé en pourcentage de la quantité totale d’acides gras présents. En fait, c’est assez simple, si 8% de tous les acides gras présents dans les membranes des globules rouges sont de l’EPA + DHA, l’indice d’oméga-3 est de 8%.

L’indice détermine donc les niveaux d’EPA et de DHA oméga-3 dans votre sang, des paramètres clés pour la santé du cœur, du cerveau, des articulations et des yeux.

A l’heure actuelle, il est possible de mesurer cet «index Omega-3» en collectant quelques gouttes de sang sur un papier buvard. (www.omegametrix.eu). Ce test peut donc permettre de vérifier l’évolution du taux d’Omega 3 dans le sang et de mesurer l’effet d’un apport en Omega-3.

Lire plus


  1. Calder PC. N-3 polyunsaturated fatty acids and inflammation: from molecular biology to the clinic. Lipids 2003;38(4):343e52.
  2. Serhan CN, Petasis NA. Resolvins and protectins in inflammation resolution. Chem Rev 2011;111(10):5922e43.
  3. Simopoulos AP. Evolutionary aspects of diet: the omega-6/omega-3 ratio and the brain. Mol Neurobiol 2011;44(2):203e15. [827]
  4. Simopoulos AP. The importance of the ratio of omega-6/omega-3 essential fatty acids. Biomed Pharmacother 2002;56(8):365e79.
  5. Endres S, Ghorbani R, Kelley VE, Georgilis K, Lonnemann G, van der Meer JW, et al. The effect of dietary supplementation with n-3 polyunsaturated fatty acids on the synthesis of interleukin-1 and tumor necrosis factor by mononuclear cells. N Engl J Med 1989;320(5):265e71.
  6. Meydani SN, Endres S, Woods MM, Goldin BR, Soo C, Morrill-Labrode A, et al. Oral (n-3) fatty acid supplementation suppresses cytokine production and lymphocyte proliferation: comparison between young and older women. J Nutr 1991; 121:547e55.
  7. Khan NA, Yessoufou A, Kim M, Hichami A. N-3 fatty acids modulate Th1 and Th2 dichotomy in diabetic pregnancy and macrosomia. J Autoimmun 2006;26(4):268e77.
  8. Purasiri P, Mckechnie A, Heys SD, Eremin O. Modulation in vitro of human natural cytotoxicity, lymphocyte proliferative response to mitogens and cytokine production by essential fatty acids. Immunology 1997;92(2): 166e72.
  9. Zurier RB, Rossetti RG, Seiler CM, Laposata M. Human peripheral blood T lymphocyte proliferation after activation of the T cell receptor: effects of unsaturated fatty acids. Prostaglandins Leukot Essent Fatty Acids 1999;60(5e6):371e5.
  10. Hampel U, Krüger M, Kunnen C, Garreis F, Willcox M, Paulsen F. In vitro effects of docosahexaenoic and eicosapentaenoic acid on human Meibomian gland epithelial cells. Exp Eye Res 2015; 140:139e48.
  11. Liu Y, Kam WR, Sullivan DA. Influence of Omega 3 and 6 Fatty Acids on Human Meibomian Gland Epithelial Cells. Cornea 2016;35(8):1122e6.
  12. Schnebelen C, Viau S, Gregoire S, Joffre C, Creuzot-Garcher CP, Bron AM, et al. Nutrition for the eye: different susceptibility of the retina and the lacrimal gland to dietary omega-6 and omega-3 polyunsaturated fatty acid incorporation. Ophthalmic Res 2009;41(4):216e24.
  13. Viau S, Maire MA, Pasquis B, Gregoire S, Acar N, Bron AM, et al. Efficacy of a 2-month dietary supplementation with polyunsaturated fatty acids in dry eye induced by scopolamine in a rat model. Graefes Arch Clin Exp Ophthalmol 2009;247(8):1039e50.
  14. Rashid S, Jin Y, Ecoiffier T, Barabino S, Schaumberg DA, Dana MR. Topical omega-3 and omega-6 fatty acids for treatment of dry eye. Arch Ophthalmol 2008;126(2):219e25.
  15. Li Z, Choi JH, Oh HJ, Park SH, Lee JB, Yoon KC. Effects of eye drops containing a mixture of omega-3 essential fatty acids and hyaluronic acid on the ocular surface in desiccating stress-induced murine dry eye. Curr Eye Res 2014;39(9):871e8.
  16. Miljanovic B, Trivedi KA, Dana MR, Gilbard JP, Buring JE, Schaumberg DA. Relation between dietary n-3 and n-6 fatty acids and clinically diagnosed dry eye syndrome in women. Am J Clin Nutr 2005; 82:887e93.
  17. Walter SD, Gronert K, McClellan AL, Levitt RC, Sarantopoulos KD, Galor A. u- 3 Tear Film Lipids Correlate With Clinical Measures of Dry Eye. Invest Ophthalmol Vis Sci 2016;57(6):2472e8.
  18. Sullivan BD, Cermak JM, Sullivan RM, Papas AS, Evans JE, Dana MR, et al. Correlations between nutrient intake and the polar lipid profiles of Meibomian gland secretions in women with Sj€ogren’s syndrome. Adv Exp Med Biol 2002;506(Pt A):441e7.
  19. Macsai MS. The role of omega-3 dietary supplementation in blepharitis and Meibomian gland dysfunction (an AOS thesis). Trans Am Ophthalmol. Soc. 2008; 106:336e56.
  20. Brandon H. Hidaka, Shengqi Li, Katherine E. Harvey, Susan E. Carlson, Debra K. Sullivan, Bruce F. Kimler, Carola M. Zalles and Carol J. Fabian DOI: 10.1158/1940-6207.CAPR-14-0351 Published May 2015

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s